#298 : Main dans la Main

31/12/08 § Poster un commentaire

# 296 : Le Bib’ de 10 H

30/12/08 § Poster un commentaire

Avant… Pendant… Après !

En général [ou du moins pour les biberons du jour… ], la cérémonie du Double Bib’ se déroule en tout et pour tout en 30 min : du pleurnichage parce que la faim tiraille le ventre, en passant par la préparation des Bib’, la tétée goulue sur la tétine [au carré…], le rot, le nettoyage de fesse [au carré…], le nettoyage de Bib’ …

Si seulement la nuit pouvait se dérouler ainsi : aussi expéditive !

# 295 : … Et Se Trouver

29/12/08 § Poster un commentaire

# 294 : Se Chercher

29/12/08 § Poster un commentaire

Mise à part leur frimousse et l’émotion de les voir enfin, la première des choses qui m’a fait chavirer le cœur est leur promptitude à se chercher spontanément l’un l’autre : d’un geste de la main, des yeux… Le besoin de contact entre les 2 Minis-Crottes est constant mais également amusant.

Alors qu’on m’annonçait à la 13ème SA qu’il s’agirait de vrais jumeaux, j’ai eu la surprise lors de la césarienne de découvrir qu’il s’agissait de « faux jumeaux » [est-ce, finalement, réellement important ?]. A découvrir les différences entre les deux Minis-Crottes, on ne peut que constater qu’ils se complètent… Alors qu’Alexandre pleure [trop souvent à notre goût… Paraît que ça vient de mon côté ça… Se plaindre…], Jules lui rassure son frère de caresses sur la joue [geste plus qu’étonnant, magique…] ou en lui mettant sa main dans la bouche pour qu’il se rassure en la tétant !

Devinette : Qui est qui ?

#292 : En direct de la maternité

22/12/08 § Poster un commentaire

Parce que j’ai hâte de l’annoncer…
Parce que le web, sur 1 tel, ça peut servir à ça !
Parce que j’ai trop trop mal pour dormir…
Parce que… J’en ai envie!

Jules… 17h16… 2kg240… 44cm…
Alexandre… 17h18… 2kg270… 45cm…

Malheureusement en couveuse de part leur petit gabarit, je n’ai pu les voir que 5 min pour le moment, et encore moins les prendre dans mes bras!

C’est dure !

#291 : C'est que j’y aurais cru … MOI !!!

22/12/08 § Poster un commentaire

Ils auront animés toute ma nuit, les Crapules. Ca aura commencé pendant les Bronzés (forcément, le combat je l’ai gagné : les Bronzés vs Le père Noël est une Ordure… C’est ma velléité qui l’a emporté…) à raison de toutes les 20 minutes, en douceur, mais suffisamment fort pour m’empêcher de profiter pleinement du film ! Ca aura continué toute la nuit, en intensifiant la douleur (qui s’accompagnait à mesure que la nuit avançait de cette désagréable sensation de démembrement entre mes pauvres cuisses) et diminuant l’intervalle entre chacune des contractions.
J’y aurai cru toute la nuit : paniquant déjà sur tout ce qu’il y aurait à faire dès le réveil de Chaton (que je voulais à tout prix laisser dormir…).
Et ces Crapules n’ont pas trouvé mieux à faire que tout stoppé net à 6 heures ce matin, alors que les contractions me déchiraient le dos et le ventre toutes les 6 minutes….
J’y aurai vraiment cru cte fois !
Chaton, lui, garde le sens de l’humour : « Pfff ! C’est rien, c’est juste qu’ils se sont marrés toute la nuit en se répétant des scènes cultes des bronzés !!! Là, maintenant, les minis-Crottes dorment…»
La Crotte, elle, est partie hier après midi (après avoir procédé à une liste longue comme le bras de recommandations en tout genre…). C’est qu’il me manque déjà !!!

# 293 : Le Jeu des sept (et plus…) différences

20/12/08 § Poster un commentaire

* Je débarquais à 2h du matin, après la première partie de la nuit passée à chronométrer l’espace régulier entre les contractions qui me tiraillaient le ventre, espace qui se rapprochait de façon relativement constante. Le col ne s’ouvrait toujours pas, mais les contractions de plus en plus fortes et rapprochées poussèrent les sages femmes à me garder à la Clinique !
C’est alors à 16h que tout fini par se décider. Le col ne s’ouvrant toujours pas, et la Crotte commençait à faiblir. Le rythme de son cœur ralentissait, il n’en était plus qu’à 80 battements minutes : la césarienne était décidée après 14 heures de contractions à la Clinique.

Pour les jumeaux, c’est après une matinée de négociation avec Chaton que je me décide à téléphoner aux sages femmes de la Clinique pour leur expliquer la situation, convaincue que de toute manière tout ceci n’était qu’une fausse alerte, et que j’allais les déranger pour rien ! Monitoring en place pour écouter leur cœur, ainsi que le rythme des contractions et leur amplitude, la sage femme m’annonce que le col n’est ouvert que d’un doigt ! Les contractions l’inquiètent… Elles sont régulières. Le gynécologue de garde préfère prendre ses précautions, et ne veut pas voir les Minis Crottes arriver trop tôt !
Le tout pour le tout est tenté : perfusion de Spasfon pour calmer l’activité utérine. Une heure suffira à prendre une décision. Soit les contractions se calment, auquel cas je passerai la nuit à la Clinique sous surveillance, soit l’activité garde (au mieux…) la même activité, auquel cas, la césarienne est réalisée sur le champ !
Je suis alors encore persuadée de rentrée très vite à la Maison. Chamaillerie entre moi et Chaton : lui pense que c’est pour aujourd’hui, moi affirme qu’il rêve !!!
45 minutes suffiront pour donner raison à … Chaton ! (Inutile de préciser que depuis… Papa Crotte a les chevilles qui enflent) : les contractions s’intensifient à une vitesse impressionnante, tout le contraire de l’effet escompté.

* La péridurale est alors posée dès 11h du matin, alors que les contractions sont de plus en plus douloureuses. Elle sera alors transformé en rachidienne, un peu après 16h, suite à la décision de césariser mon pauvre bidon.
Des douleurs ? Je n’en ai absolument plus aucun souvenir. Je crois que l’on oublie très vite ce genre de petits détails…

La rachidienne est posée une fois le bloc obstétrical prêt. Après 3 tentatives plus que douloureuses, mes jambes s’engourdissent enfin très vite. L’anesthésiste adorable a du piquer jusqu’à 8 cm de profondeur.
M’en souviendrais-je ?

* Un des souvenirs désagréable de cette césarienne qui m’aura marquée (et qui me faisait encore peur avant la naissance des minis Crottes) et la sensation horrible de sentir mon bassin bouger de gauche à droite, comme si le gynéco (devenu alors bucheron) sciait un tronc d’arbre.

Le dosage de la rachidienne était certainement plus « fort ». J’avais peine à parler mais surtout, je n’ai rien senti cette fois. Au contraire, j’ai pu tendre l’oreille chaque instant à guetter le cri des Minis-Crottes !

* La Crotte sera extirpé de mon utérus à 17h35.

Les minis Crottes, elles, respectivement à 17h16 et 17h18.

* Des agrafes.
Sensations désagréables lorsqu’on les enleva mais non douloureuse.
Une cicatrice qui ma chatouillé pendant un an à chaque changement de temps.
Une cicatrice qui a complètement disparu…

Des fils avec Crins pour éviter les désagréments futurs.
Un suintement indolore jusqu’à retirer les crins (là aussi, action absolument inodore)…

* J’aurai recouvré ma chambre à 21 heures. J’apercevais la Crotte pour la première fois depuis le bref coup d’œil à la césarienne. Il ne reste pas avec moi à cause de la césarienne, mais je peux le prendre dans mes bras et le garder plus d’une heure.

Les Minis-Crottes partent en couveuse, je ne les aperçois que 5 minutes.
Je pourrais enfin les serrer contre moi le lendemain, pour leur donner un premier biberon.
Ils ne quitteront la couveuse que… Jeudi !

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de décembre, 2008 à Crottes Alors !.