#575 : ❤❤❤

09/05/10 § 16 Commentaires

Le questionnement d’Ingrid m’a quelque peu chamboulé. Devrais-je avoir peur de laisser les jumeaux seuls dans une pièce avec leur sœur ? La question, jusqu’à présent, ne m’a même pas effleurée. Même si le pédiatre, il y a encore peu, me disait faire très attention avec la jalousie de Jules. C’est venu naturellement. Je ne suis pas toujours sur le dos des enfants, je leur laisse (peut être à tord, certes) beaucoup de liberté au final  (ce qui n’est pas forcément fait pour me soulager dans mes fonctions, puisqu’après je dois réparer les bévues…) Si je devais m’inquiéter sur toutes les âneries (et mon dieu, ils en connaissent déjà un paquet, les bougres) qu’ils pourraient commettre, je finirais probablement à l’asile avant la fin de l’année.
J’ai eu des appréhensions, bien sûr. D’autant plus en voyant Jules si jaloux et si possessif. Et puis, il y a peu, j’ai éclaté de rire et applaudi en voyant Jules donner la tutu (certes, un peu trop brutalement) à sa sœur pour s’allonger ensuite à ses côtés, pour lui faire un câlin ! On passe beaucoup de temps à leur parler, leur expliquer. Que ce soit moi, Papa Crotte ou même Théo qui ne tari pas d’explications pour que ses petits frères soient « les meilleurs des Grands Frères pour Charlotte ! » Je n’ai jamais été très fan de cette psychologique infantile qui relève plus, à mon humble avis, de la masturbation mentale qu’autres choses. Rétrograde sur certains points. C’est probablement vrai… Je n’ai pas peur de taper sur les mains quand ils font des bétises. Je n’aurais pas peur de mettre une fessée quand il faudra (je n’ai jamais eu à le faire avec Théo pourtant). Mes enfants apprennent la vie ensemble, sans que je les compartimente chacun dans leur espace de vie limitée, de la même manière que j’ai moi-même appris la vie (en tapant) en chahutant avec ma sœur.

La vie suit son cours… au rythme de leurs découvertes, de leurs peur et de leurs bêtises. Mais aussi à celui de mes petites crises de nerfs quand je découvre :
– que Théo a fait Indiana Jones sur le Radiateur,
– que Jules (qui s’entête à ne pas vouloir marcher mais qui me nargue en marchant très bien devant le pédiatre) grimpe sur son cheval à bascule quand j’ai le dos tourné, tout seul,
– qu’Alexandre tente de grimper à l’échelle du lit à Théo pour le rejoindre,
– que Jules est parvenu à me vider mon lave linge alors qu’il était en marche,
– qu’Alexandre a réussi à m’ouvrir le lave vaisselle pour me tendre un couteau propre,
– que les Jumeaux sont de plus en plus complices dans les bêtises, et qu’ils s’y mettent à deux pour fouiller mes tiroirs et déchirer mes papiers ;
– que Jules se sauve alors que je gronde son frère.

Alors oui, je peste quand je vois qu’Alexandre se glisse dans la chambre de charlotte et lui tire sur la main juste parce que c’est drôle, ça la fait pleurer. Je peste quand ils arrivent à me la réveiller. En fait, je peste souvent dans la journée. Mais je les aimes comme ça, mes Crottes !

Jules et ses calins, sa fossette et cette façon qu’il a de plisser le nez parce qu’il est heureux !
Alexandre avec son large sourire à courir dans la maison quand il joue à « Attrape moi Maman ! »
Charlotte et ses gazouillis, cette façon qu’elle a déjà d’exiger de la présence autour d’elle. Qui demande non pas d’être portée, mais simplement de ne pas être seule.
Théo et cette sale manie de vouloir déjà être grand !

Mes journées sont chargées, bien sûr ! Et je sais que mon emploi du temps en ferai frémir bien plus d’une. Mais, comme l’a dit ma belle-maman : « quand on est dedans, on est dedans. On n’a pas le choix on fait, on ne se pose même pas la question. Et ça ne nous parait même pas extraordinaire… C’est les remarques des autres qui nous ramènent, de temps à autres, à la réalité. C’est difficile, mais on ne s’en rend pas compte. On fait ! Et on le fait très bien ! »

Et je crois qu’elle a parfaitement raison…

A relire quand les enfants seront plus grand (ou accessoirement, à leur faire lire quand ils auront l’age de comprendre…)

5 heures debout, je me fais un café. Je range ma cuisine et je travaille un peu.
6heures, les jumeaux commencent à grumeler. Je prépare leur biberon de cacao, un peu trop chaud. Pourquoi trop ? Pour qu’il soit pile poil à la bonne température quand ils le réclameront à 6heure30. Je mets en route une lessive, et le sèche linge de la veille au soir.
6Heures30, je donne le biberon aux jumeaux qui hurlent comme s’ils n’avaient pas manger depuis 1 semaine. Je prépare le petit déjeuner de Théo, ses habits.
Il est alors 7 Heures. Je réveille Théo et prie pour qu’il n’y ai pas encore un pipi au lit (qui chamboulerait tout mon emploi du temps, faut l’avouer). Il va manger, se laver puis s’habiller. J’habille les jumeaux, les installe à table avec biscuit. Charlotte se réveille, il est 8Heure.
Entre temps, Papa crotte se sera réveillé et doucher, et souvent pris en charge un des jumeaux (parfois même les deux)..
Il est 7Heures45, je donne le biberon à Charlotte qui nous a encore gratifiés d’une nuit de 12Heures (ouf !)
8Heures, Théo met ses chaussures. Je prépare le sac des Jumeaux.
8Heures15, Papa Crotte emmène Théo à l’école.
8Heures30, Papa Crotte est rentré. On charge les jumeaux dans la voiture. Je les emmène chez la Nounou.
9Heures. Reste plus que Charlotte à la maison. Je peux enfin la chouchouter. La baigner, la caliner, l’habiller. Il jouera un bonne heure sous son portique. C’est aussi le moment où je peux souffler un peu. La cuisine est rangée (par un Papa Crotte décidément adorable et irremplaçable).
Reste à faire les lessives et le ménage avant midi. Je n’espère même pas faire la popote. Ca n’a de toutes les façons jamais été mon fort, et je n’ai pas le temps…
Une routine bien huilée tous les matins …
Et ça recommence après …
16Heure15, je cours chercher Théo à l’école.
16Heures45, Théo goutte pendant que je donne un bibi à Charlotte.
17Heures, on commence les devoirs.
18Heures, je vais chercher les jumeaux chez la Nounou. J’arrive toujours à porter un de chaque sous chaque bras. Soit 20kilos. Pfiou ! J’ai qu’une hâte : qu’il gagne en indépendance quant à la mobilité. J’essaie souvent de mettre des légumes à chauffer pour leur tambouille du lendemain (oui oui, nous continuons à leur faire de bons petits plats tous les jours !). Je les change et les laisse un peu jouer avec leur grand frère.
19Heures, je les installe à table et commence à leur donner à manger. J’essais au possible d’attendre l’arrivée de Papa Crotte, mais parfois/souvent ils hurlent tellement de faim que je ne peux les faire attendre. Une cuillère à gauche, une cuillère à droite. Et si j’ai le malheur de me tromper de bouche pour une cuillère et rompre le cycle gauche-droite, les hurlements se font très vite connaitre.
19H30 Papa Crotte rentre, j’ai réussi à avoir des jumeaux le ventre plein, et les fesses propres.
Le pauvre n’a pas le temps de souffler 10 minutes.
Il prépare à manger pour nous et Théo.
20Heures30 Théo se couche avec les jumeaux. Alors que je donne le biberon (moi ou Papa Crotte) à Charlotte.
Et si la tambouille n’est pas faite pour le lendemain midi, c’est le pauvre Papa Crotte qui s’y colle jusqu’à 21H30.

Nous sommes des marmottes ! Oui ! Chez nous, c’est dodo à 22H30. Comme des papis/Mamies ? Non ! Comme des parents de 4 enfants !

Publicités

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de mai, 2010 à Crottes Alors !.